Innus et Nations Autochtones criminalisés pour leur identité de protecteur de la terre

Après des siècles d'oppression des peuples indigènes, La Couronne Britannique a infligé la brutalité 

insensée de la politique des pensionnats aux enfants autochtones (de 6 mois à 18 ans) de façon à faire

 disparaître notre identité collective.


Le 11 juin, 2008, Steven Harper a présenté des excuses relativement à la politique des pensionnats 

indiens, qui fut élaborée pour tuer l'indien au sein de l'enfant, pour changer son identité de

protecteur de la terre, en lui faisant adopter l'identité d'exploiteur de la terre, pour le profit. La

déclaration l'Organisation des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones est l'étape finale

du plan des pensionnats indiens, puisqu'elle nous accorde le droit ''de développer nos propres 

ressources'', au sein du système économique mondial, sans, en aucun temps reconnaître notre identité 

autochtone.


Ce sentiment, bien entendu, ne représente en rien les peuples autochtones. C'est en fait une déclaration 

de l'ONU! Elle est constituée, entièrement et sans réserve, par des gens de partout dans le monde, dont 

la manière de pensée rétrograde, les amènent à faire la guerre aux peuples autochtones, pour détruire 

notre identité, dans le seul but d'accéder, de consommer et de détruire, pour le profit, les forces vitales 

de notre Mère Terre. Ce comportement n'est pas propre à l'identité autochtone, à ses croyances ou un 

droit. C'est là, bien sûr, un reflet du comportement des colonisés-colonisateurs, identifiés de 

"démocrapitalistes". C'est l'identité et le mode de vie que l'ONU veut que les peuples autochtones 

adoptent, de sorte que leurs marchés monétaires puissent accéder à la richesse des forces vitales de 

notre Mère-Terre, au sein des territoires autochtones, sans aucune résistance. La déclaration de l'ONU 

sur les droits des peuples autochtones promeut le mensonge que nous avons travaillé ensemble et 

qu'ils ont amélioré nos vies, à nous, «pauvres indigènes», en nous faisant tirer profit de la destruction 

de notre Mère Terre.


Par le biais de la déclaration de l'ONU, reconnaissant ''le droit des autochtones au développement'', les 

gouvernements, représentant la destruction de la terre (le Canada, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, 

etc ...) ''négocient'' automatiquement par l'entremise du système de conseils de bande élus, que 

l'étranger, lui-même nous a imposé, avec ces personnes mêmes dont l'identité a été changé, avec 

succès, par la politique des pensionnats illégaux. Ces gens des conseils de bande, étant sans identité 

autochtone et ayant déjà été corrompu par l'identité axée sur la cupidité de la société démocratique. ne 

peuvent en aucun cas protéger la terre. Selon les lois qui gouvernent les conseils de bande, tout ce 

qu'ils peuvent faire, c'est de négocier la terre, au plus offrant. Ainsi, la déclaration des Nations Unies 

sur les droits de l'homme ne doit pas être utilisé par aucun peuple autochtone, dans la tentative de 

protéger la terre, car elle nous définirait comme des «terroristes locaux» et elle doit être dénoncée, en 

tant que telle, pour ces mêmes raisons.


Ce scénario est illustré dans la lutte de la vraie Nation Innu pour arrêter le Plan Nord, alors que le 

Gouvernement du Québec admis, par communiqué de presse (le 5 mars, 2012), que les Innus étaient en 

plein accord, en raison du fait que Québec négocie avec les ''représentants élus de la communauté 

de Uashat-Malioténam'', au sein du peuple Innu et qu'ils étaient favorables du Plan Nord. Dans ce 

même document, le Gouvernement du Québec révèle qu'il est conscient du fait que le projet a déjà été 

rejeter, deux fois, par ''référendum'', par le peuple Innu. Mais insidieusement, il continue de négocier 

avec les représentants du conseil de bande élu (qui prendront de l'argent pour la destruction), sachant 

très bien qu'ils ne représentent nullement la volonté du peuple et que négocier avec ceux-ci divisera la 

communauté. Ainsi, l'espionnage du gouvernement du Québec sur la Nation Innu (comme au sein de la 

Nation Mohawk), crée l'environnement parfait pour criminaliser la ''vraie identité autochtone'' de 

protecteur de la terre, exactement de la même façon que le système de pensionnats indiens, ''en tuant 

l'indien au sein de l'enfant''.


Toute négociation continue avec quelque conseil de bande élu que se soit, dévoile l'espionnage des 

Gouvernements du Québec et du Canada, au nom de la Couronne Britannique. Le seul accord 

juridiquement contraignant qui doit être cité, par de véritables porteurs de l'identité autochtone, est le 

traité de paix du ''Wampum à Deux Voies'', comme l'a admis Ron Irwin, ministre des Affaires 

Indiennes, sous Brian Mulrooney, le 24 Janvier 1994, sur le planché du parlement.


Pour le véritable peuple autochtone, debout pour la terre, il est temps pour nous de dénoncer ceux qui 

ont adopté la fausse identité imposée par un système étranger de conseil de bande élu et la déclaration 

de l'ONU, qui reconnaît ces gens-là. La seule façon de protéger la terre est à travers notre véritable 

identité, de retourner aux cérémonies et à la protection du ''Wampum à Deux Voies'', d'être fort et 

d'honorer notre Mère. Cette année, la folie de leur '' économie mondiale'' fera régner l'enfer sur notre 

Mère, la Terre et sur toute autre personne, natif ou non natif, qui se tiendra pour la protéger.


En paix et amitié


WahésonShiann Whitebean                                         Kawisente Carole McGregor                                                 Stuart Myiow, Sécrétaire, 

Femme-Cheffe / Mère de Clan du Loup                Femme-Cheffe / Mère de Clan de l’Ours                              Mohawk Traditional Council

www.mohawktraditionalcouncil.org


Comments