le Wampum à Deux Voies

Bonjour à tous

Les Wampum

Les wampum représentent un élément particulièrement intéressant de la culture matérielle des sociétés traditionnelles autochtones. Les wampum constituaient un moyen de pallier à l'absence d'écriture. Ils étaient la mémoire du temps, car ils permettaient de conserver le souvenir des événements et des personnages marquants dans l'histoire d'une famille, d'une communauté ou d'une nation.

À la base, le wampum désignait une bille, mais par extension, la signification a été étendue aux colliers, aux ceintures et aux autres objets réalisés avec des wampum. Les billes étaient fabriquées à partir de coquillages marins qui étaient ramassés sur les côtes de la Gaspésie, des provinces maritimes, de la Nouvelle-Angleterre et, parfois même, plus au sud le long de la côte américaine. Les coquillages faisaient l'objet d'activités commerciales entre les nations. Ils passaient de main en main et se rendaient ainsi jusqu'au centre du continent nord-américain. 

Pour réaliser un wampum, les coquillages étaient coupés en menus morceaux et longuement polis de la grosseur d'une bille légèrement oblongue. Certaines parties des coquillages, telles les sections nacrées avec des reflets bleu ou violet, étaient très convoitées pour la fabrication des wampum. D'autres billes étaient teintes avec des colorants naturels, particulièrement dans les tons de rouge. Une fois polies et trouées, les billes de coquillage étaient enfilées sur des nerfs d'animaux ou sur de fines lanières de cuir de chevreuil, de façon à ce que l'agencement des billes et des couleurs et la superposition des lanières composent un ensemble de symboles faisant référence à un événement ou à un personnage.

Les grandes étapes de la vie sociale et politique étaient soulignées par des wampum. Parmi les situations qui en justifiaient la fabrication et l'échange, mentionnons les relations entre les clans, les mariages importants, la réparation de crimes, les alliances entre tribus et les traités avec les nations européennes. Dans le cadre d'une entente politique, commerciale ou militaire, l'échange des ceintures de wampum servaient officialiser et à sceller ces engagements.

Lors des festins et des fêtes, les chefs et les anciens discouraient en exhibant les wampum faisant partie du patrimoine de la tribu. Ces wampum servaient de mémoire collective et le savoir faisait partie de la tradition orale qui se transmettait de génération en génération à l'intérieur de la communauté ou de la nation. Règle générale, plus une nation avait de wampum, plus elle avait un passé riche. Les tribus iroquoiennes, les Hurons-Wendat en particulier, utilisaient ces ceintures pour officialiser les traités avec les autres nations indiennes ou avec les Européens. 

Suite à l'arrivée des Européens, l'utilisation des coquillages a rapidement décliné, au profit des perles de verres fabriquées en Europe. Le navigateur Jacques Cartier, dans ses récits de voyages (1534, 1535 et 1541), mentionne qu'il a donné des chapelets de verre en cadeau aux Autochtones qu'il a rencontrés. À une certaine époque, les perles de verre étaient devenues la monnaie de référence dans la traite des fourrures et dans le troc entre les tribus. En échange de billes de verre coloré, les marchands européens acquéraient ainsi d'impressionnantes quantités de fourrures.

Le wampum à deux rangs 

L'agencement des billes permettaient de créer des symboles exprimant le contenu à illustrer par la ceinture de wampum. Les quatre points cardinaux, un fleuve, une rivière, une montagne, une arme, le soleil, une nation, un animal ou des concepts représentés par des animaux, tout cela faisait partie des symboles apparaissant sur les wampum. 

Illustrons le contenu d'un wampum avec un exemple qui démontre la philosophie incarnée par les wampum "politiques" qui ont été échangés par les Iroquois et leurs alliés hollandais et anglais. Il est ici question d'un wampum à deux rangs et l'explication concerne les "voies parallèles". Cette explication a été décrite par des Iroquois devant un groupe d'études parlementaires: "Lorsque les Haudenosaunees sont entrés en contact avec les Européens, ils ont conclu avec eux des traités de paix et d'amitiés. Chaque traité était symbolisé par la Gus-Wen-Tah ou ceinture de wampum à deux rangs. Il y a un lit de wampum blancs qui symbolise la pureté de l'entente. Il y a deux rangées en pourpre et ces deux rangées sont conformes à l'esprit de vos ancêtres et des miens. Il y a trois perles de wampum qui séparent les deux rangées; elles symbolisent la paix, l'amitié et le respect." 

"Les deux rangs représentent deux voies parallèles, deux embarcations naviguant ensemble sur le même cours d'eau. L'une est un canot d'écorce qui représente les Indiens, avec leurs lois, leurs coutumes et leurs traditions. L'autre est un navire qui désigne les Blancs, avec leurs lois, leurs coutumes et leurs traditions. Les deux peuples voyagent côte à côte, chacun dans son embarcation, sans que ni l'un ni l'autre n'essaie de diriger l'embarcation de son voisin." 

"Les ceintures de wampum à deux rangs ont servi de base à tous les traités et accords conclus avec les Européens, d'abord, puis avec les Américains. Maintenant que le Canada est une nation entièrement indépendante, peut-être sera-t-il possible d'échanger avec ses dirigeants le wampum à deux rangs, de façon à pouvoir continuer à vivre indépendamment, mais côte à côte, dans l'amitié et la paix." 

Cette citation est extraite du témoignage des représentants de la Confédération des Haudenosaunees, membre de la Ligue iroquoise, devant les membres du comité spécial sur l'autonomie politique des Indiens (Penner), en 1983. 

Le wampum à deux rangs 


Comments