Histoire‎ > ‎

Commémoration de la procession sur le Mont-Royal

la Commémoration de la procession 
sur le Mont-Royal 
par Sieur Paul de Chomedey 
de Maisonneuve

De la Basilique Notre –Dame de Montréal au Chalet de la Montagne le mercredi 6 janvier 2010
jeudi 7 janvier 2010, 
par Yvan Bombardier

Rien de plus instructif qu’un coup d’œil dans le passé pour dégager les constances de l’histoire susceptibles de jalonner les voies de l’avenir. Noël 1642. Le fort de Ville-Marie, érigé en mai, risque l’inondation. Vu la proximité du fleuve St-Laurent, une forte crue des eaux menace d’anéantir la fragile construction. Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, prie la très Sainte Vierge d’épargner sa nouvelle colonie. Il promet alors de planter une croix au sommet du Mont-Royal. Son vœu exaucé, le jour des Rois, 6 janvier 1643, le gouverneur porte solennement la croix promise et l’érige sur la cime de la montagne. La croix dominait l’île entière comme un trophée qui annonçait les futures victoires du Christ. Mais les iroquois étaient là et ils la firent tombée plus d’une fois. En 1924, la Société St-Jean Baptiste fit construire la croix de fer et de lumière qui illumine encore aujourd’hui les jours et les nuits de Montréal. 

« Il est hors de tout doute qu’aussi longtemps que le profit constituera le seul mobile de ceux qui partent pour la Nouvelle-France, il n’y aura pas d’espoir d’établissement durable en Amérique du Nord. Ce sera la guerre des commerçants contre les monopoles et la contrebande va s’exercer à plein ». 


Ville Marie, terre vierge, protégée par Dieu de toute la corruption qui souillait les royaumes d’Europe, fut fondée par l’Esprit Saint qui animait Jean Jacques Olier, Jérôme Le Royer de la Dauversière, Jeanne Mance et tous ces braves et pieux colons qui partirent, comme les disciples du Seigneur partirent porter la Bonne Nouvelle. Leur bras a su porter l’épée et porter la croix et leur bravoure de foi trempée a su protéger nos foyers. 


Ville Marie a engendré Montréal. Le sang de l’accouchement, ce sont tes aïeux et tes fondateurs qui l’ont versé sur cette terre baignée dans les eaux du majestueux fleuve St- Laurent. Ce sang et cette eau ont nourri le bois mort de la croix pour lui faire reprendre racine, tel une bouture repiquée dans un terreau fertile. Alors, Montréal tu verras la croix fleurir, tu seras radieuse, ton cœur frémira et se dilatera. 


Déjà des foules de chameaux t’envahissent, des dromadaires de Madiane et d’Épha. Tous les gens de Saba viendront, apportant l’or et l’encens. Et le mystère, c’est que les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de la Bonne Nouvelle. 


Cette année, nous serons attendus par le Conseil Traditionnel Mohawk, au sommet de la montagne. Ayant fait la Paix au cour d’une cérémonie, au printemps 2009 et ayant ramé ensemble pour la Paix sur le fleuve St-Laurent, jusqu’à la ville de Québec, en accord avec le traite du Wampum à Deux Voies. Nous nous assiérons en conseil pour négocier un accommodement raisonnable pour réparer les erreurs du passé et démontrer comment nous pouvons vivre ensemble en harmonie avec la Grand Loi De La Paix et de la Compréhension.

Yvan Bombardier pour Paul Chomedey, Sieur de Maisonneuve, Gouverneur de Montréal.



Prêtres de Saint-Sulpice, vous nous voyez terriblement déçu 

Ville-Marie, le 20 décembre 2010


Messieurs Robert Gagné, p.s.s.

Réal Lévesque, p.s.s.

Prêtres de Saint-Sulpice,

Basilique Notre Dame de Montréal

110, rue Notre-Dame Ouest
Montreal, QC

H2Y 1T2



Vous nous voyez terriblement déçu de ne pas pouvoir recevoir les bénédictions de nos frères, prêtres de Saint Sulpice, pour perpétuer la nouvelle tradition de la procession de Paul de Chomedey de Maisonneuve depuis la Basilique Notre- Dame de Montréal jusqu'au sommet du Mont-Royal, en commémoration de cet acte posé, le 6 janvier 1643.


Pour bien comprendre le sens du geste que nous portons au nom de Paul Chomedey de Maisonneuve, il serait peut-être bon de se rappeler que, c'est le Père Lalement, alors à Paris, qui a suggéré son nom à la Société des Messieurs et Dames de Montréal comme chef d'expédition pour exécuter la mission d'établir une colonie selon les plans que Dieu avait révélés à un jeune prêtre, l'abbé Jean Jacques Ollier, le fondateurs des prêtres de Saint-Sulpice à Paris.


Ville Marie, terre vierge, consacrée à la Sainte Famille, sous la protection spéciale de Marie, de toute la corruption qui souillait les royaumes d’Europe, Ville Marie a engendré Montréal. Le sang de l’accouchement, ce sont nos aïeux et nos fondateurs qui l’ont versé sur cette terre baignée dans les eaux du majestueux fleuve St- Laurent. Ce sang et cette eau ont nourri le bois mort de la croix pour lui faire reprendre racine, tel une bouture repiquée dans un terreau fertile.


Pour reprendre les paroles de Paul Chomedey de Maisonneuve: ''Tous les arbres de Montréal seraient-ils changés en autant d'iroquois, il est de mon devoir et de mon honneur d'aller y établir une colonie, et j'irai."

Aujourd'hui nous avons rétabli la paix et les bonnes relations avec nos frères iroquois, et travaillons à la réparation des erreurs du passé. Leur visite, le dimanche 28 juin, 2009 dans la Basilique Notre Dame de Montréal était historique.


Pour reprendre les paroles de Stuart Myiow jr., représantant du clan du Loup du Conseil Traditionel Mohawk, à cette occasion, dans son invitation à la paix:

''Nous sommes ici aujourd’hui, alors que ce Wampum à deux bandes est brisé par nos gouvernements, nos institutions et nos religions. La seule façon que nous puissions obtenir cette paix, est si la vérité se révèle parmi les deux parties. La seule façon qu’il y ait la vérité, c’est de réconcilier nos différends. La seule façon de réconcilier nos différends est de dire la vérité au sujet des choses qui ont été mal faite. ...Nous voulons la Paix. Nous sommes ici pour établir la Paix. Aujourd’hui, nous sommes ici pour parler d’une mission, qu’un grand ami à moi à commencer... Nous sommes ici pour demander que tous aient en leur cœur la Paix, que tous aient à l’esprit la Vérité, l’Honneur et le Respect pour l’Entité Féminine”….


Par une grâce divine, j'ai obtenu mes lettres de créances de ma Sainte Mère l’Église, et peut, donc, parler d’égal à égal aux autorités.


La bénédiction du nouveau chevalier pendant la messe du 6 janvier 2008

par Monsieur Robert Gagné, prêtre de Saint- Sulpice à la Basilique Notre Dame de Montréal

" Seigneur saint, Père tout-puissant, Dieu éternel, toi qui seul mets toutes choses en ordre et les disposes comme il convient, toi qui, pour réprimer la malice des méchants et pour protéger la justice, as permis aux hommes par une règle salutaire l'usage du glaive sur la terre,… nous te supplions, Seigneur, et implorons ta clémence : de même que tu as accordé à ton serviteur le petit David le pouvoir de dominer Goliath, … de la même façon accorde aussi à ton serviteur ici présent, Yvan Bombardier, qui vient de placer son cou sous le joug de la chevalerie, les forces de la piété céleste et l'audace pour défendre la foi et la justice. Accorde-lui un accroissement de sa foi, de son espérance et de sa charité; dispose comme il convient toutes choses en lui: crainte autant qu'amour de Dieu, humilité, persévérance, obéissance et patience en bonne mesure, afin qu'il ne blesse injustement personne avec ce glaive ou avec un autre, qu'avec lui il défende ce qui est juste et droit; lui-même est promu d'un état inférieur au nouvel honneur de la chevalerie; que, de la même façon, il dépouille le vieil homme avec ses manières d'agir et qu'il revête l'homme nouveau afin de te craindre et de t'honorer comme il faut, d'éviter la compagnie des infidèles, d'étendre sa charité sur son prochain, d'obéir avec droiture en toutes choses à sa mission et de s'acquitter jusqu'au bout de sa fonction au service de tous selon la justice. Nous t'en prions par... " On répond : " Amen. " Cette bénédiction nous l'avons souhaité pour Paul Chomedey en 2007. Alors il fut dit que Rome ne pratiquant plus ce sacrement, la bénédiction ne pouvait être prononcé qu'après la messe dans une cérémonie para-religieuse et que l'épée devait être placé sur une table adjacente à l'autel. Par contre en 2008, la bénédiction fut bel et bien prononcé pendant la messe et l'épée placée sur l'autel. Et ce fut l'humble serviteur que je suis qui fut appelé à recevoir par l'imposition des mains la bénédiction vouée à Paul et l'épée me fut remise par votre main humaine et par la Grâce divine. Ces paroles ont retenti jusqu'au fond de mon coeur et ont ravivé mon âme. Depuis je m'efforce de vivre en conformité avec cette mission que Dieu m'a donné par l'entremise de Paul de Chomedey de Maisonneuve.

Depuis, le 9 septembre 2006, des soeurs et frères musulman, chrétien, juif, mohawk, algonquin, abénaki, métis, maya, mexica, mapuche et gambai d'Afrique, ont marché ensemble sur les traces de Chomedey de Maisonneuve depuis la Basilique Notre-Dame de Montréal jusqu'au sommet du Mont-Royal, et depuis 2009, de Kahnawake à la Ville de Québec, ensemble dans des canots pour la Mission de Paix sur le Fleuve Saint-Laurent, missions bénit par l'Église en 2008, 2009, et 2010.


Nous, au nom de La Famille, sous la protection spéciale de la Vierge Marie, célèbrerons cette cérémonie du 6 janvier 2011 et chargé de la croix, nous ferons l'ascension du Mont-Royal. Nous espérons toujours que nous recevrons les bénédictions appropriés avant notre procession et nous demandons que les portes de la Basilique Notre-Dame nous soient ouvertes encore une fois comme elles le furent au cour des cinq dernières années


Veuillez messieurs agréer mes salutations les plus distinguées.


Yvan Bombardier pour Paul de Chomedey de Maisonneuve

La Famille

Montréal, Québec






Comments